112 Route de Sully 45600 GUILLY GUILLY
Plan d'accès Envoyer un Email

2 Français sur 3 ont froid chez eux : PàC géothermique

Le 16 novembre 2017, une enquête sur les conditions de confort fait ressortir que 2 Français sur 3 ont froid chez eux. Une autre enquête démontre qu'ils seraient effrayés à l'idée de recevoir leur facture de chauffage : quelles en sont les causes et quelle solution afin d'en échapper ?

 

1°) Pourquoi ? Le chauffage au fioul et au gaz, principales énergies (fossiles et polluantes) encore utilisées afin d'avoir une bonne T° dans les habitations, coûte et coûtera de plus en plus cher car leur hausse n'est pas terminée, loin de là à cause de la croissance des habitants de la planète, de leur souhait d'avoir davantage de confort et des taxes sur les énergies polluantes qui vont affecter de plus en plus leur prix.

De son côté, le bois, dont les industriels de la plaquette et du granulé séchés dans des fours fonctionnant au fioul et au gaz (ce qui leur retire très fortement leur pseudo caractère écologique) est une énergie d'un rendement faible (60 % contre 90 % environ pour le fioul et le gaz) qui nécessite, de plus, des conditions de stockage, voire de la manipulation qui finit par être lassante.

Ces énergies fossiles et polluantes ne sont évidemment pas à privilégier si l'on veut protéger notre environnement et la qualité de l'air que nous respirons.

Enfin, le chauffage électrique direct par convecteurs, quelles que soient les performances vantées par leurs fabricants, ne peut pas être économique, sauf à chauffer très en-dessous de la T° de confort (+19° à +20°).

 

2°) Solution : Comme nous l'exposons dans d'autres chapitres de ce site, la bonne solution est le chauffage central à circulation d'eau (radiateurs, planchers chauffants, ventilo-convecteurs, voire aérothermes dans les grandes surfaces de travail) chauffée par pompe à chaleur (PàC) sur la géothermie (calories de base extraites du sol) et l'aquathermie (calories de base extraites de l'eau) qui s'imposent comme les énergies déjà d'aujourd'hui et, encore plus, de demain.

Tout d'abord, leur impact sur le climat est nul : cette technologie ne génère aucune pollution, car aucun rejet de CO² ou de Nox n'est produit comme avec le fioul, le gaz ou le bois.

Ensuite, les PàC dimensionnées à la bonne puissance calorifique utile permettent de bénéficier de factures de chauffage très faibles (division par 2 à 3 pour le gaz naturel, par 3 à 4 pour le fioul, par 5 à 6 pour le gaz propane), ce qui permettra aux Français qui aiment le confort de vivre dans une T° intérieure de +19° à +20° sans crainte de trop vider leur portefeuille.

En terme de rendement, par rapport aux énergies fossiles qui n'atteignent au mieux qu'un rendement thermique de 90 %, leur performance est de 300 % à 500 %, voire plus (3 kw à 5 kw de chaleur produite pour 1 kw/h consommé) : leur efficacité est donc sans comparaison, mais il est vrai que, pour des raisons de manque de compétence technique en thermodynamie et de rendement financier suffisant sur cette technologie pour les fabricants et de nombreux installateurs, le chauffage au fioul, au gaz et au bois résiste en France, alors qu'il est depuis longtemps dépassé dans la perspective des énergies propres chez nos voisins eurpéens.

 

Conclusion : comme nous l'exposons dans nos autres chapitres, la PàC en géothermie et sa branche de pointe en aquathermie sont LA SOLUTION idéale afin de faire de belles économies tout en ayant LE CONFORT et, de plus, en valorisant son patrimoine (valeur des biens immobiliers basée sur la facture de chauffage).

Bien entendu, leur alimentation en triphasé (voir chapitre afférent) et la protection de leurs organes essentiels (compresseurs, échangeurs) restent de la compétence des vrais professionnels en PàC de cette technologie.

ACES*3, dont l'expérience personnelle en matière de PàC géothermique de ses dirigeants dépassent 35 ans, répondra à vos interrogations et à vos besoins en la matière, avec des matériels dont les garanties seront très allongées (voire le chapitre afférent).

 

 

2 Français sur 3 ont froid chez eux : PàC géothermique