ACES*3 est agréée QualiPAC RGE (n° 42059 renouvelé jusqu'au 23/06/2019). Cela vous ouvre le droit au CITE (crédit d'impôt transition énergétique) et au prêt à taux zéro (Eco-Ptz).

 

POMPES à CHALEUR GEOTHERMIQUES : une bonne solution de chauffage.

 

3 RAISONS AU MOINS afin de retenir la géothermie comme source de chaleur qui sera activée par une pompe à chaleur (G-PàC) de la même technologie (ces raisons sont diamétralement opposées, de façon positive pour ses utilisateurs, à celles qui nous font déconseiller l'aérothermie -voir chapitre "Aérothermie : 3 fois NON") :

1°) Puissance calorifique (PcR) disponible tout le temps : grâce à ses calories de base puisée dans le sol à T° positive et stable (T° du sol à partir de 3 m de profondeur = +10° au minimum), une G-PàC a une PcR constante.

2°) Assurance du meilleur confort en permanence : avec une G-PàC de PcR suffisante (PcR de 90 % à 100 % du besoin calorifique calculé sur la période de référence froide), ses utilisateurs sont assurés du meilleur confort de façon constante.

3°) Assurance d'une facture de chauffage faible : cette G-PàC de PcR suffisante fonctionnera un temps minimum et permettra ainsi à ses utilisateurs que la consommation électrique nécessaire soit la plus faible, ce qui générera tout naturellement la facture de chauffage la plus faible.

Et une autre raison au moins : Esthétique préservée : les systèmes de captage des calories enterrés dans le sol ne se voient pas, tout en restant très accessibles (si les travaux sont réalisés par de vrais professionnels), et ne défigurent pas (comme les unités extérieures de l'aérothermie et leurs gaines de conduite des calories) l'esthétique de votre environnement.

 

Aide au choix de la technologie la plus adéquate en fonction du lieu d'installation

1°) L'aquathermie : cette technologie est la grande n° 1 de la géothermie : voir les 2 chapitres suivants consacrés à l'aquathermie et aux forages d'eau.

2°) Les sondes verticales : à défaut d'un débit d'eau trouvée dans le sol suffisant (ce qui est assez rare), des sondes peuvent être installées dans plusieurs forages avec une cimentation spéciale. A l'intérieur, la G-PàC fait circuler de l'eau glycolée qui régénère sa T° dans le sol. Solution intéressante, mais qui donne à la G-PàC une PcR moins forte qu'avec l'aquathermie en raison d'une source de calories moins chaude (en général, entre 0° et +3°).

3°) Le captage horizontal : des tubes remplis d'eau glycolée sont enterrés à l'horizontale sur une surface de 2 fois au moins celle des locaux à chauffer (exemple : 300 m² de captage pouyr chauffer une maison de 150 m²). Les tubes sont disposés à 2 mètres de profondeur pour la première couche de fond et à 1,2 mètre pour la seconde couche. Comme pour les sondes verticales, le taux d'humidité du sol est prépondérant pour la puissance calorifique récupérée. En conséquence, aucun arbre ne doit être planté sur la surface de captage afin qu'elle garde toute son humidité.

 

CONCLUSION AFIN DE DETERMINER VOTRE CHOIX : Comme l'on vient de le voir, la teneur en humidité du sol est primordiale pour la PcR et le rendement final des G-PàC.

Il ne faut également pas hésiter à prévoir des captages assez forts (plus importants que ceux indiqués par beaucoup de fabricants de PàC, afin qu'elle puisse "travailler" en T° la plus élevée possible) de façon à réduire, le moins possible, la PcR de la même G-PàC qui serait alimentée en aquathermie.

Voir aussi le chapitre "PàC Eau glycolée/eau" plus spécifiquement dédié au système sur les sondes verticales et sur le captage horizontal en circuit fermé.

ET TOUJOURS : avoir recours à un VRAI professionnel de la géothermie, vraiment expérimenté, ce que vous vérifierez en visitant quelques-unes de ses installations en fonctionnement depuis plusieurs années (voir sa composition technique, son soin de réalisation, la satisfaction des clients).

 

 

 

 

2 Français sur 3 ont froid chez eux : PàC géothermique