POMPES à CHALEUR à (PARTIR DE) 1 € : Attention, ces PàC qui seront installées essentiellement en technologie sur l'aérothermie, feront des déçus et probablement beaucoup de déçus.

 

Actualité de janvier 2019 : avec la hausse des produits énergies fossiles polluantes (pétrole, gaz, voire bois) et la crise dite des Gilets Jaunes, les médias (télévision, radio, papier et Internet) se mettent enfin à parler de la technologie de chauffage par PàC. D'autant que la France est très en retard sur ses obligations d'utilisation des énergies renouvelables, dont les PàC font partie, et devra en conséquence s'acquitter d'amendes lourdes (avec l'argent des Français bien entendu) auprès des instances de surveillance de la pollution atmosphérique.

Pollution atmosphérique causée principalement par le chauffage au fioul, au gaz et au bois, mais surtout par les transports par bateaux et par avions qui, de plus, utilisent de l'énergie détaxée, et causée beaucoup moins par la circulation automobile qui utilise de l'énergie surtaxée.

De grands groupes ou des groupes qui aspirent à le devenir ont flairé le marché : la législation oblige les distributeurs d'énergies polluantes soit à s'acquitter de taxes en proportion de leur chiffre d'affaires, soit à financer des actions entrant dans le cadre de la réduction des dépenses d'énergie : l'isolation et le chauffage de l'habitat sont ainsi devenus une cible commerciale de choix pour la valorisation des CEE (certificats d'économie d'énergie).

Les CEE : par ce moyen, des ménages à revenu modeste pourront remplacer leur chaudière fioul ou gaz par une PàC à (partir de) 1 €.

PàC à (partir de) 1 € : avec le titre assez raccoleur de PàC à 1 €, cette offre apparaît d'une intention très louable, mais c'est d'abord un objectif d'attraction de clients potentiels : en effet, malgré les aides CEE, la facture finale pourra être sensiblement supérieure, mais ils auront en face d'eux de très convaincants commerciaux qui sauront récolter des signatures avec l'appoint de crédits...

Sauf que dans ce titre attractif de PàC à partir de 1 €, il y a ce qui peut bien fonctionner et longtemps (sous conditions évoquées plus loin) et il y a ce qui fonctionne très moyennement (voir plus loin l'estimation d'économies de chauffage de l'ANAH) et qui ne dure pas forcément très longtemps.

Comme cela s'est déjà produit à plusieurs reprises dans un passé plus ou moins récent, des petits pics de développement des PàC se sont faits sur l'aérothermie (l'on parle alors de R-PàC). Mais soit par inadéquation des matériels, soit par incompétence des installateurs, et souvent avec les deux, de nombreuses R-PàC connaissent assez rapidement des pannes répétitives, ne fournissent pas le confort attendu ou avec le secours de l'électricité en direct (d'où des factures de chauffage qui s'envolent) et souvent ne durent pas très longtemps avec un rendement efficace (en général moins de 10 ans). Nous vous renvoyons au chapitre de notre site Internet dédié "Aérothermie : 3 fois NON".

Objectifs des promoteurs des R-PàC : outre que leur installation est très rapide, les perspectives de remplacement futur de R-PàC sont immédiatement ouvertes, car ils tablent sur le fait que des personnes ayant bénéficié d'une réduction de leur facture de chauffage, entretien inclus, de 10 % à 30 % (20 % selon l'ANAH) continueront sur ce mode de confort.

Sauf qu'il n'y aura probablement plus les aides pour remplacer les énergies polluantes dont la technologie PàC ne fait pas partie par nature...

Meilleure solution : essayer de bénéficier de la procédure PàC à (partir de) 1 € qui vous permettra de financer en partie, comme cela pourra l'être avec une R-PàC, une PàC en géothermie et mieux sur l'aquathermie (A-PàC que nous préconisons particulièrement pour la satisfaction de nos clients). Et là aussi, la compétence et l'expérience de vrais professionnels confirmés seront primordiales, plus que la marque des PàC ou le CITE (crédit d'impôt transition énergétique) trop souvent mis en avant par les commerciaux et qui ne se récupère que l'année suivante, si l'on peut y avoir droit.

 

 

 

 

 

2 Français sur 3 ont froid chez eux : PàC géothermique